Imprimer

C'est l'histoire d'une personne, vivant en EMS depuis... 15 ans. 

Une dame au caractère fort, pas toujours facile, qui a "ses têtes" comme on dit.

Au début de mes animations musicales en salle de cet établissement, elle était là, aimait échanger quelques mots avec moi sur ma musique.

Puis les années passent... au fil du temps cette personne préfère sa chambre à l'agitation du monde et petit-à-petit -c'est sa volonté- arrange ses journées dans les quelques mètres carrés qui l'entourent, du haut de son lit, soufflant sur les aiguilles du temps...

C'est là, sur le pas-de-porte de sa chambre, après bien des années sans revoir physiquement cette personne, qu'elle apprend l'existence de nos visites en musique au chevet des gens : "Non ! Pas à mon chevet, ni dans ma chambre... mais volontiers depuis le couloir...!". Soit... des semaines durant je joue depuis le couloir, sa porte entrouverte laissant entrer mes notes dans sa chambre, jusqu'à ses oreilles.

Puis il y a eu cette visite, il y a tout juste un mois : "Non ! Pas depuis le couloir mais à mon chevet s'il vous plaît...!". Je m'approche de son lit, puis après quelques mots échangés, une confidence : "Oooh, j'aime tellement le tango, voilà ce qui me ferait vraiment plaisir !". J'enchaîne quelques tangos célèbres. Buvant ces mélodies qu'elle aime tant, cette femme se laisse transporter par la musique...

Deux semaines plus tard, me voici à nouveau dans l'établissement pour un après -midi de visites en chambre. Mais on me prévient : la santé de "la dame au tango" se dégrade. Je me rends à son chevet et entends son murmure : "Oh oui, un tango s'il vous plaît...". Et là, malgré le peu de souffle qui lui reste, j'entends et vois cette magnifique personne fredonner de manière à peine audible toutes les mélodies des tangos que je lui joue. Avant de la quitter je peux même encore entendre "Merci...".

Et la visite d'aujourd'hui... tout simplement boulversante... Je suis prévenu que "Madame est sans doute entrain de fredonner son dernier tango"... C'est donc maintenant qu'il est important d'aller à son chevet et de lui jouer son tango favori : "Poema".

Avec la personne de l'établissement la plus chère à ses yeux, nous voici donc à son chevet... Je m'approche de son oreille et lui murmure : "Chère Madame, avec tout mon coeur je viens vous jouer votre tango favori ; "Poema"...". J'enclenche le registre le plus doux de mon accordéon et commence à actionner mon soufflet, tout doucement, là, à quelques centimètres de cette personne avec qui j'entre en communication par la musique... Le tango danse dans nos têtes, le temps n'existe plus, le moindre signe de vie -aussi minime soit-il- est perceptible et arrive le moment où les dernières notes se posent tout délicatement... la... ré... puis de manière magnifiquement synchronisée deux souffles ; celui de mon instrument se refermant et celui de "la dame au tango"...

"Poema"... Un tango si cher à votre coeur, joué de tout mon coeur, jusqu'au... dernier souffle... pour moi il restera "Le plus beau tango du monde" ! Merci et bon voyage chère Madame.

Lionel, musicien-intervenant pour Les Notes Pétillantes